Entretien avec
Yves Lecat

yves lecat.jpg

1) Pouvez-vous vous présenter brièvement ? Vos premiers contacts avec ce milieu ? 

Alors, Yves Lecat, comédien. Mes premiers contacts avec la comédie se sont fait adolescent. Ne venant pas de ce milieu mais toujours passionné. J’éprouvais une grande admiration pour Yul Brynner, Bertrand Caster. Je n’ai eu accès qu’à 14 ans au théâtre. En effet, j’ai fait un spectacle scolaire avec des profs de théâtre qui m’ont poussé à continuer dans cette voie. Shakespeare a été mon premier amour, j’ai ensuite décidé de m’inscrire au conservatoire. Après quelques années, j’ai abandonné pour aller travailler dans la publicité. N’étant pas un domaine me satisfaisant, je suis revenu à mon premier amour : la publicité. 

3) Quel est la différence de mentalités entre les trois ? 

C’est assez variable, la différence se fait dans l’approche. Contrairement au théâtre, rare sont les réalisateurs qui savent diriger les acteurs.  

2) Quel est le secteur que vous préférez entre le cinéma, la télévision et la scène ? 

 Ma préférence va vers la scène entre les trois car au cinéma ou à la télévision, on y fait que des passages. Sur le tas, j’ai découvert un intérêt à la caméra mais c’est un milieu où on a rarement le choix. Le théâtre propose plus de liberté. 

Rybakov.jpg

Valéry Ribakov

4) Avez-vous eu des rencontres impressionnantes, marquantes dans votre carrière ? 

 

Alors j’ai été et je suis resté très admiratif du metteur en scène russe, Valéry Ribakov. J’ai tout de suite admiré son approche profonde de la scène, c’est un immense artiste. Les Russes ont réussi à développer une méthode et un langage particulier qui parle bien aux comédiens. C’est totalement à l’opposé de nos méthodes traditionnelles). J'ai aussi croisé le chemin de comédiens tel que Jacques François, Fabrice burkini, Depardieu mais Rybakov a été le plus impressionnant.

5) Avez-vous une anecdote de tournage ? 

C’est avec Ribakov justement, nous étions sur la première d’un gros spectacle, vous imaginez bien que nous étions tous tendus. Après 3h de scène, Ribavov nous a réunis et a déclaré : “le spectacle est un nouveau-né et comme chaque nouveau-né, il est moche”. Sa déclaration m’a beaucoup fait rire et marqué. Evidemment, nous nous sommes améliorés par la suite. 

6) Quel souvenir avez-vous eu du tournage de Canevas des libellules ?

 

J'ai eu une toute petite participation sur ce tournage. Mon souvenir est surtout d'avoir recroiser Pierre Gaffier tout à fait par hasard sur un quai de métro, 25 ans avoir passé après avoir passer un casting avec lui pour un film. C'était mon premier casting et un de ses premiers films je pense. Ce qui nous a donné finalement l'occasion de faire un peu plus connaissance. Mais pour ce qui est du tournage, je n'ai pas grand-chose à en dire, je suis juste passé par là.

7) Quels sont vos futurs projets ?

Mes futurs projets... Tout d’abord, j’ai un sol à scène sur Jacques Brel. Aussi j’ai été choisi pour faire la voix off française d’un long métrage animalier par Irina fontaine, Butterfly Mania. Aussi plein de petits tournages dont notamment un avec Pierre Gaffié et enfin enseigner aux cours florent. 

irina fontaine.jpg

Irina Fontaine