top of page

Adèle Ercotti, coiffeuse merveilleuse

J'ai appris avec énormément de tristesse la disparition de Adèle Ercotti, qui était coiffeuse à Mons, dans la banlieue Toulousaine. C'est ma mère qui m'avait parlé d'elle quand nous formions l'équipe du film "La ville aux murs dauphins". Adèle avait pris en charge la coiffure (et la création tout simplement) des deux comédiennes principales, Magaly Godenaire et Aurore Stanek.


Ce n'est pas si évident, quand on écrit un scénario original (sur les adaptations de livres il y a des dizaines de personnes dans l'équipe qui prennent en charge des petites bouts d'enjeu...) de confier à une seule personne l'apparence physique de personnages que vous avez mis des semaines, voire des mois à créer. A chaque tournage, je tremble un peu.


Adèle dégageait une telle confiance en elle, (et un grand sens de l'écoute), que nous avons "déposé" Aurore et Magaly dans son salon, sans la moindre consigne, hormis de raconter les grandes lignes du scénario. Et nous avons eu raison de faire confiance à Adèle. Souvent, les gens extérieurs au cinéma sont de meilleur conseil que ceux qui baignent en permanence dans l'image.


Le bain d'Adèle ce n'était pas seulement celui du bac à shampoing, c'était une grande sensibilité et beaucoup d'humour. En plus, son salon était unique : fleuri, avec une grande baie vitrée et des petits objets disposés un peu partout. Cela ressemblait un décor de film, une chambre d'adolescente, et un salon de coiffure tout en même temps...


Nous étions devenus amis depuis et je pense à elle.

Pierre Gaffié, 24/12/2023





8 vues0 commentaire
bottom of page