Laurence Demaison, photographe. A fleur de peau, à fleur de plots...

September 26, 2018

 

La plupart du temps, sur un paquebot de croisière, les touristes regardent à l’intérieur du navire plutôt qu’à l’extérieur !”.  Cette remarque d’un photographe Russe sous une de ses photos exposées au palais de Chaillot, relativise beaucoup le soi-disant “désir d’ailleurs” des touristes.

Où se joue la vraie évasion ?

 

J’attends d’une photo qu’elle m’interpelle, voire qu’elle me déroute.
Je me méfie beaucoup de la satisfaction en art. Ce n’est pas un bon guide. “Dans le coup de foudre, après la foudre viennent les coups” dit le proverbe.

 

En général, j’achète quelques cartes postales, des magazines ou des programmes de galerie et je les laisse “vieillir” chez moi sur une étagère ou dans un range- tout. Si après plusieurs semaines, cette photo est toujours là, ou que j’ai envie de la rapprocher de mon bureau, c’est qu’elle touche en moi quelque chose de vrai. Je pense que dès qu’un artiste découvre quelque chose de réel dans son art, il construit de facto un outil pour le spectateur.

 

L’art est échange. Et il n’y a pas loin de la transmission à la tradition.

 

Parmi les photographes dont le travail m’intéresse le plus, il y a sans contesteLaurence Demaison, dont j’ai découvert un livre par hasard en préparant mon film “La ville aux murs dauphins”. La couverture du livre m’a saisi par sa brutalité mais aussi sa tendresse implicite... Dans son texte de présentation, Laurence Demaison explique ses autoportraits brouillés par une envie de “s’aventurer dans des recherches dont la seule issue était de disparaître... d’être là sans être là, dans un cache-cache instinctif”.

 

L’utilisation du noir et blanc en art est un autre élément qui me fascine. Le fait que les pochettes des albums de Mika ou Charley Winston, de Charlotte Gainsbourg ou Lou Doillon (ou d'un rappeur sur deux) soient en noir et blanc est très intéressant. Face à la multitude des couleurs de notre quotidien, le noir et le blancs sont devenus en eux-même provocateurs. Ou apaisants. Je me souviens qu’un reportage photo sur une unité de soins palliatifs à Colombes, paru dans l’hebdomadaire “La vie”, était uniquement constitués de clichés noirs et blancs...

 

 

Tags:

Please reload

Publications à l'affiche

La ville aux murs dauphins sera au Nicaragua ! The Dolphin skin city will be in Nicaragua !

May 22, 2017

1/2
Please reload

Publications récentes
Please reload

Archive
Please reload

Nous suivre
  • Facebook Classic
  • c-youtube

© 2015-2018 - Différent Production

Nous suivre :
  • Facebook Classic
  • c-youtube