Des deux côtés de la caméra : Katherina MARX

August 19, 2018

En préparant le casting de "20 mètres d'amour à Montmartre" (84 sélections de festivals dans le monde), j'avais deux solutions : faire appel à des comédiennes expérimentées. Ou, comme cela m'avait été conseillé, parcourir des fichiers de mannequins, notamment ceux de l'agence "Rebecca".

Ce fut un dilemme plus grand qu'il n'y paraît. Car passer en "revue", des femmes splendides, mais souvent ramenées à des chiffres (mensurations, âge, etc...) est agréable (euphémisme), mais en totale contradiction avec le thème du film, qui est quasi métaphysique. (4 femmes au pied du Sacré-Coeur se trouvent un lien secret sans prononcer un mot...)

 

En rencontrant Katherina MARX, ce ne fut pas sa beauté qui me frappa en premier, mais son calme, et l'extrême sens qu'elle donnait à chacun de ses mots. On avait l'impression que pour un mot prononcé, trois étaient sous-entendus. Ce qui est la marque des esprits clairs et forts. Autre anecdote : quand je lui demandai quel film elle prendrait avec elle sur une île déserte, elle eut un petit sourire entendu et répondit :"Ce serait plutôt un livre !" ("L'histoire sans fin")

 

Le tournage avec Katherina fut très court (4 heures) et dans un froid intense. Janvier à Paris est rarement une partie de plaisir pour tourner, car les journées sont courtes et souvent plus rudes qu'on ne pense.

 

J'avais la curieuse impression de passer à côté de mon sujet : quelques indications sommaires (Katherine jouait le quatrième maillon du collier féminin du film, en l'occurrence une mannequin qui filme en patientant), et des emplacements un peu obligés (au pied de la basilique)

 

Le montage allait peu à peu balayer mes appréhensions : chaque image était touchante, à la fois frontale et retenue. Et le plan où son personnage regarde dans la caméra du film, mais aussi dans SA caméra) me touchait beaucoup. 

 

Ce fut à regrets que pendant de nombreuses années, je ne pu proposer d'autres rôles à Katherina. Je l'apercevais dans certains magazines de mode, dans quelques articles people. 

Puis un jour, ce fut l'annonce qu'elle était passé de l'autre côté du miroir. Devenue productrice, elle prenait énormément de risques. "Au-delà de la haine" (réalisé par Olivier Meyrou) est la pierre angulaire de sa carrière. Documentaire inspiré sur le tabassage et le meurtre d'un jeune homme dans un parc de Reims, ce film a glané énormément de prix et de respect dans le monde...

 

Des deux côtés de la caméra et, dans un sens, du miroir. Katherina Marx est parvenue à ne pas "sombrer" après les années de mise en vedette et d'étincelante beauté. Finalement, les impressions fugaces que j'avais eues en la rencontrant se sont avérées juste. Il y a une force incroyable derrière cette silhouette qui n'aurait pu rester que silhouette...

 

 

Tags:

Please reload

Publications à l'affiche

La ville aux murs dauphins sera au Nicaragua ! The Dolphin skin city will be in Nicaragua !

May 22, 2017

1/2
Please reload

Publications récentes
Please reload

Archive
Please reload

Nous suivre
  • Facebook Classic
  • c-youtube

© 2015-2018 - Différent Production

Nous suivre :
  • Facebook Classic
  • c-youtube