Si les étoiles exaucent nos voeux

Sébastien BAILLY (2011)
CASTING :
Sandrine NICOLAS
Delphine RIVIÈRE
FICHE TECHNIQUE : 

Écrit et realisé par Sébastien Bailly.

Lumière : Crystel Fournier.

Assisante-opératrice : Céline Bozon.

Son : Jean Philippe.

Montage : Lisa Olivier et Pierre Gaffié.

SYNOPSIS :

Deux soeurs, séparées par la vie et les rancoeurs, de retrouvent sur le parking d’un supermarché, en pleine nuit, au milieu d’une fête d’anniversaire.

Note d'intention du réalisateur :

Si on me demande pourquoi je fais des films, pourquoi j’ai envie d’en faire, je ne sais pas répondre de façon précise et rapide. Il est toujours difficile d’exprimer ce qui vient de nos profondeurs, de justifier ce qui semble évident et naturel, indispensable.

Si les étoiles exaucent nos vœux vient sans doute de ce que à quoi je crois : nos vies comme des lignes discontinues, brisées et dont nous ne retenons finalement que quelques instants forts. Montrer les instants clés d’une relation et les faire se percuter aux yeux et aux espoirs des spectateurs. Ne retenir que l’essence d’une nuit durant laquelle les existences d’Emma et Louise vont s’infléchir par la réalité d’un amour fraternel mal exprimé. Si les étoiles exaucent nos vœux est comme un souvenir enfoui, une réminiscence d’un de ces évènements traumatisants qui construisent chacun de nous.

Peu d’éléments sont donnés au spectateur au début du film, la confrontation des deux personnages à lieu tout de suite et le spectateur ne peut pas se raccrocher à une scène d’exposition qui pose chacun dans son rôle comme il a la coutume de le faire. Le spectateur est poussé devant chaque situation parce que je lui fais confiance, en lui, en son intelligence, à sa sensibilité, pour appréhender chaque situation sans répit et sans autres données que ce qu’il voit.

Ce qui à mes yeux est le plus important, c’est que le spectateur ressente le film selon sa propre expérience, son vécu et sa sensibilité. Faire confiance en l’intelligence du spectateur, lui laisser le plaisir de faire des liaisons entre ce qui lui est montré, le laisser vivre l’histoire selon ce qu’il est, voilà ce que je désire.

Si les étoiles exaucent nos vœux fait appel à ces facultés qui sont en possession de chaque spectateur et qui sont trop souvent oubliées par des films « verrouillés », qui soulignent chaque élément de peur que le spectateur se soit perdu. Je ne crois pas que le spectateur ait besoin d’être tenu par la main.

Si les étoiles exaucent nos vœux est pour moi une façon d’explorer cette idée de cinéma, de continuer à chercher, tenter d’éloigner modestement du récit trop balisé, des conventions de scènes d’exposition, des scènes explicatives. Tenter de faire une sorte de « collage » de moments liés par des associations d’émotions, d’idées ou tranchées par des ruptures. Bien sûr, cette expérimentation recèle des dangers, des écueils que le film « avançant comme un train dans la nuit » ne peut pas toujours éviter : mais ce sont aussi des scories, ces maladresses, ces hésitations qui font la valeur de la recherche, l’âme d’un film.

Si les étoiles exaucent nos vœux est pour moi cette idée de cinéma, et bien plus encore en ce qu’il dit et ce qu’il dit à chacun de nous, comme une petite résonnance lointaine.

PALMARÈS :

Présentation publique au cinéma "Le Rex" de Brive-La-Gaillarde.

Avec le soutien de la région Limousin et du Conseil Général de Corrèze. 
A PROPOS