Inconnu à cette adresse

De San Francisco à St André de Chalencon, l'adaptation cinéma d'un livre unique.

Je me souviens parfaitement de ce petit bureau de poste de la banlieue toulousaine où nous sommes allés faire un virement de quelques milliers de dollars pour acquérir les droits d’un livre célébrissime : «Inconnu à cette adresse» de Kathrine Kressmann Taylor. Ce livre, sorti de façon posthume, avait été repéré par Sandrine Treiner, puis porté par elle et François Chayé sur les fonds baptismaux de la réalisation.

François, un bon ami, avait fait le tour des boîtes de production Parisiennes, mais personne ne voulait du projet. Il s’est donc tourné vers moi. Ce fut un tournage d’hiver, avec des repérages faits en Haute-Loire, quelques jours après le 11 Septembre 2001, dans une froide ambiance.

Tournage en pellicule, sous la houlette de Philippe Guilbert, chef-opérateur tellement doué. A l’exception de deux séquences à Clermont-Ferrand (une librairie, la gare), tout fut tourné à St André-de-Chalencon, dans la maison de deux personnes merveilleuses, Maryse et Paul Guillier. Après le désistement d’Anouk Aimée, quelques jours avant le tournage, il y eut un moment de flottement. Je suis très content d’avoir immédiatement proposé la comédienne Sylvie Granotier à Sandrine et François. Sa noblesse et son humour (voir «Tandem» de Patrice Leconte) sont tellement à part. Le duo qu’elle forme avec Claude-Jean Phillippe dans «Inconnu à cette adresse», était un pari à tenter.