Lorena Acin

Décoratrice

[Interview faite par mail le 24/06/2020]

Vous êtes la décoratrice du film "La Ville aux murs dauphins" de Pierre Gaffié. Pourriez-vous me parler de ce travail main dans la main avec Pierre Gaffié ? 


C'était une rencontre un peu par hasard. Pierre était tombé amoureux de la gravure d'une artiste. Nous nous connaissions car nous avions fréquenté le même atelier d'Estampe à l’époque. Elle m'avait parlé de Pierre et de son projet. Après un rendez-vous, il m'a proposé de faire les décors de La ville aux murs Dauphins (j'étais en France depuis peu de temps et le cinéma me manquait énormément). Ce n'était pas simple on se connaissait à peine et il fallait traduire surtout ses envies et sensations car il attendait depuis un bon moment de pouvoir les réaliser.
Pierre avait déjà pas mal d'objets qu’il fallait absolument inclure dans les différents décors ; la grande contrainte pour moi était de devoir réaménager les espaces avec les moyens du bord et des solutions pratiques. Comme on dit à chaque fois : "on ne sait pas comment mais on y arrive toujours !". 

L'importance de la décoration est particulièrement prégnante dans ce film : pourriez-vous me parler de ce processus si particulier, de recréer en France un petit peu d'Australie ? 


Il a eu des espaces ou images clés comme Le Bikini à Toulouse et le cabinet d'architectes, par exemple. Ils permettaient de donner une idée générale mais pas la plus importante pour moi dans le film : j'avais surtout travaillé autour du personnage principal et sa belle et douce fragilité, ce qui pouvait aller avec lui. Parfois, on oublie complètement la géographie d'un film car le scénario nous parle des relations humaines, des sensations et des rêves.

 

Quel est le souvenir de tournage qui vous revient à l'esprit en repensant à "La Ville aux murs dauphins" ? 


Des locations avec de énormes miroirs... on sait bien que les miroirs sont pas les meilleurs amies des caméras. Je me suis concentré dans la lecture, l'importance des textes et l'importance de ce que l'on dit et c'est pour cela qu'on retrouve dans certains décors de feuilles de vieux bouquins et des tas des livres pour avoir une ambiance intime même en pleine ville. Je retiens aussi une belle rencontre avec un couple adorable d'architectes (Azema) qui ont aidé avec leur savoir-faire.
Enfin, une quantité importante de bénévoles et de techniciens qui ont travaillé avec beaucoup de professionnalisme. 

Enfin, s'il ne fallait en garder que trois, quels seraient vos trois films favoris ? 


J'ai une longue liste, impossible d’avoir des préférés mais je vais en retenir quatre. "El bosque animado" de José Luis Cuerda, "La vie des autres" de Florian Henckel von Donnersmarck, "Le Château dans le ciel" de Miyazaki, "Dans ses yeux" de Juan José Campanella.

© 2015-2020 - Différent Productions

Nous suivre :

  • Facebook Classic
  • c-youtube