Barbara CROZZA

Traductrice

Barbara Crozza est passionnée par le bien-être et toutes ses déclinaisons : formée d'abord au coaching elle accompagne les individus en milieu professionnel dans le but général d'améliorer la qualité de vie au travail ; tout naturellement elle souhaite pouvoir aller plus loin dans l'accompagnement des gens et se forme à la thérapie énergétique et à l'Ayurveda, avant de devenir plus récemment professeur de yoga.

Vous avez réalisé la traduction des dialogues de « La nuit se lève » et de « Apocalypse notes », en italien. Quelles sont les difficultés inattendues que peuvent provoquer des adaptations à une autre langue que le français ? Mais aussi les joies inattendues ?

Depuis toujours le fonctionnement d'une langue est quelque chose qui me fascine. Cette fascination n'est que multipliée pendant la traduction, le passage d'une langue à une autre : on ne cesse de découvrir des fonctionnements parallèles et... des expressions intraduisibles, de vrais casse-têtes ! Mais c'est à ce moment que l'exercice devient le plus intéressant ! 

Se focalise t’on uniquement sur le texte écrit ou peut-il y avoir une tentation à regarder la séquence du film pour entendre la voix des comédiens ? 

 

Tout est nécessaire pour une traduction réussie. Si on se focalisait uniquement sur le texte on prendrait le risque de traduire quelque chose de plat ou même de tomber carrément à côté. La gestuelle des acteurs, le ton de la voix, le contexte, tous ces éléments donnent de précieuses informations sur le choix des mots et doivent être pris en compte. Souvent, en tant que traducteur, le plus dur est de trancher entre divers synonymes pour placer le mot le plus fidèle.

Quelles différences y a-t-il, dans la vie de tous les jours, entre l’italien et le français ? Par exemple, on dit souvent que les allemands sont polis car le verbe apparaît obligatoirement en fin de phrase, et qu’il faut donc rester attentif à ce que dit votre interlocuteur… Il y a des particularismes dans l’oralité italienne ?

Les italiens ont un contact facile, se tutoyant rapidement, sont moins à cheval sur les formules de politesse du langage et privilégient la courtoisie en tant qu'attitude.

L’écrivain Stendhal a dit un jour que les italiens sont des français heureux ». Etes-vous d’accord ? Est-ce si simple ?

Il y aurait beaucoup de nuances à faire... mais dans la vie quotidienne il est vrai que le sourire, la courtoisie et la positivité dans les relations humaines prennent le pas sur les tracas auxquels n’échappent pas nos voisins transalpins.

Votre activité principale est le coaching. Votre double culture est-elle un atout pour mieux comprendre vos clients/patients ?

Oui, en effet! Etant donné les échanges entre nos deux pays, il y a souvent mixité d'équipes italiennes et françaises qui ne communiquent pas souvent de la même façon, alors le soutien d'un professionnel biculturel est un vrai plus!

Quels sont vos 3 films préférés ?

Green Fried Tomatoes, parce que j'aime les épopées, les histoires d’une vie ; tout y est : rencontres, amitiés, amours, imprévus, joies, douleurs... 

Danish Girl, pour le questionnement profond et nécessairement tourmenté sur l'identité, la beauté de la photographie, des personnages et des décors.

Walk With Me, de Lisa Ohlin, pour le thème du syndrome de stress post traumatique, et la rencontre entre deux mondes à priori éloignés comme celui de l'armée et de la danse classique (une autre de mes passions!)
Et parce que les trois sont racontés avec beaucoup de poésie!

(Interview réalisée par mail le 30 décembre 2020 par Pierre GAFFIÉ)

Nous suivre :

  • Facebook Social Icône
  • Youtube
  • Instagram